LES ENFANTS NEPALAIS

Elle met ses pinceaux au service des enfants népalais

Sa seconde naissance date du 20 juillet 1983. «Ce jour-là, j’ai pu sortir clandestinement d’Iran pour échapper à la répression dont souffre la minorité Baha’i. J’ai été sauvée par le gouvernement français.» Dans ses bagages, une folle envie de vivre et de faire partager sa passion de la peinture à ceux qui en sont le plus éloignés.

Parvin Hatam fait défiler devant nous les photos de son dernier séjour au Népal. Au milieu de femmes et d’enfants des quartiers pauvres de la banlieue de Katmandou. «Je leur ai appris à dessiner leurs rêves« , nous explique l’artiste installée à Chambéry où elle vend ses œuvres pour financer ses voyages et le matériel qu’elle met à disposition des élèves. Elle parle de responsabilité vis-à-vis des plus pauvres. Et notamment des petites filles. « C’est une priorité car ce sont elles qui assureront plus tard en priorité l’éducation de leurs enfants. »

Un acte de foi
Un acte de foi. Parvin assure que l’envie de transmettre lui est venue lors d’un voyage en Terre Sainte. Depuis, elle a promené ses pinceaux en Inde, au Japon et en Macédoine. L’occasion de vérifier que l’art est un langage universel. Développer l’imaginaire pour prendre confiance en soi et en l’avenir. Telle est la conviction de Parvin Hatam, qui prépare déjà un nouveau voyage au Népal.

Article paru dans le « Le Dauphiné Libéré » Chambéry – France 2014 – Jacques LELEU